Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

durable-et-responsable - Page 4

  • Faire la lessive sans se brouiller avec la nature

    La lessive

    La solution préférée des écolos, ce sont les noix de lavage. Riches en saponine, une lessive 100% naturelle, elles se compostent après 3 passages en machine. Pour améliorer leur efficacité et économiser l’eau, vous pouvez leur adjoindre des balles qui vont battre le linge – 2 ou 3 balles de tennis peuvent faire l’affaire. Pas 100% prête à aller jusque-là? Choisissez une poudre ou un liquide écologique. Et dans tous les cas, fuyez les perborates, les formaldéhydes, les éthers de glycol et les enzymes génétiquement modifiés.

    La quantité de produit

    Vous pouvez légèrement diminuer la dose indiquée sur l’emballage. Si votre linge est taché (herbe, cols de chemise pas nets, etc.), au lieu de mettre plus de détergent, traitez les salissures avant lavage: savon au fiel de bœuf, de Marseille ou détachant écologique feront l’affaire. Humidifiez, frottez et, au besoin, laissez tremper.

    La température

    L’activité enzymatique est à son maximum autour des 40°, autrement dit, c’est à basse température que les taches organiques s’en iront le mieux. Notez aussi qu’un cycle à 30° ou 40° consomme 3 fois moins d’énergie qu’un cycle à 90°.

  • la lessive écologique

    L’adoucissant

    Commencez par tester la dureté de votre eau. Si elle est douce, pas besoin d’adoucissant. Sinon, vous avez trois solutions:

    • Utilisez un adoucissant vert (marques Ecover ou Held).

    • Ajoutez un verre à moutarde de vinaigre blanc dans le tambour. Un seul bémol: son odeur, qui disparaît après séchage. Pour l’améliorer, ajoutez 2 gouttes d’huile essentielle d’orange, de lavande, ou de citron, qui parfumeront votre linge.

    • Investissez dans des aimants anticalcaires. En prime, ils battront votre linge presque aussi bien que les lavandières de jadis! (Ecolinge, sur www.biodelice.ch – ce modèle peut carrément remplacer votre produit à lessive.)

    Le lave-linge

    Choisissez un modèle pas trop gourmand en énergie – comparez-les sur www.topten.ch – et avec une touche «éco». Remplissez bien le tambour, le faire tourner à moitié vide utilise autant d’eau et d’électricité que s’il était plein.

    Comment détartrer mon lave-linge ?

    Faites tourner un cycle à vide à plus de 60° avec un litre de vinaigre d’alcool que vous versez directement dans le tambour.

  • Une expédition contre la pollution plastique des océans

    Le «MOD70 Race for Water», trimaran ultra performant est parti de Bordeaux le 15 mars dernier pour une course contre la montre, celle de la lutte contre les amas de déchets plastiques qui s'accumulent dans les océans.

    La Race for Water Odyssey est une expédition de 300 jours à la découverte des pollutions plastiques aux 4 coins du globe. L'objectif de cette "course" est de prélever des échantillons pour analyser cette pollution mais aussi de sensibiliser les populations sur ces dangers encore trop peu médiatisés.

    Le trimaran fera escale dans les îles à proximité des gyres (ou vortex), immenses tourbillons formés par les courants marins qui concentrent les déchets et les particules de plastique en suspension pour créer des « plastisphères » de la taille de pays entiers ! Cinq gyres sont identifiés aujourd’hui mais seul celui du Pacifique nord est véritablement étudié. L’expédition permettra pour la première fois, de récolter et d’analyser des données systématiques et comparables sur l’ensemble des 5 vortex de la planète.

    continent.jpg

    Tout au long du parcours, l’équipage rencontrera scientifiques et experts pour échanger et sensibiliser les populations locales. L’objectif du tour  du monde est également de braquer les projecteurs pour alerter industriels, législateurs et grand public aux enjeux de la préservation des océans. Conférences (la première au siège de l’ONU à New York), activités pédagogiques et workshops dans les escales (New York, Hawaii, Valparaiso, Tokyo, Shanghai, Le Cap et Rio de Janeiro…) ponctueront le tour du monde. L’expédition travaille activement à fédérer une communauté de « Water Guardians », composée de personnalités œuvrant activement pour la cause.

    La Maison écocitoyenne s'engage dans l'expédition en devenant le relais de la navigation: vous pourrez y suivre le parcours grâce à un point d'information mis en place dès les amarres larguées. Des rendez-vous avec l'équipe du bateau sont également prévus afin de faire le point sur l'avancée du bateau, les premières analyses, les rencontres...

  • les textiles bio : tientures naturelles et économie circulaire

    TEINTURES NATURELLES

    1er portrait : Aurélia Wolff 
    Consciente des conséquences néfastes des teintures chimiques sur l’environnement, Aurélia décide de se lancer dans la fabrication de vêtements à base de teintures naturelles… sauf qu’aucune machine n’existait sur le marché pour des petites séries. Qu’à cela ne tienne, cette machine existe aujourd’hui grâce à Aurélia ! 

    A la suite de cette vidéo, Elise Allard, toute jeune créatrice de la marque Dye another day, a présenté quelques-unes de ses expérimentations autour de la teinture naturelle. Peaux d’avocats, galle de chêne et même soupe de clous n’ont plus de secrets pour elle ! 

     

    ECONOMIE CIRCULAIRE

    2ème portrait : Mariouche Gagné 
    Il y a suffisamment de fourrures qui dorment dans nos placards pour ne pas avoir besoin de tuer des bêtes pour fabriquer des vêtements. C’est pour cela que Mariouche dessine des collections en fourrure recyclée. Furieusement tendance.

    Le mieux serait encore d’arrêter totalement la fabrication de vêtements avec de la fourrure. C’est ce que souhaite pour sa part Marie Viard, jeune créatrice de la marque de chaussures véganes
    Minuit sur Terre. Végane signifie qu’aucun des matériaux choisis n’est issu de l’exploitation d’animaux (cuir, fourrure). La jeune femme privilégie également l’éco-responsabilité en boudant le plus possible les produits issus de la pétrochimie. Les chaussures sont fabriquées au Portugal dans des ateliers où les conditions de fabrication sont décentes et les ouvriers respectés.

     

     

  • Des basiques qui savent tout faire : bouteille en PET

    Imaginer de nouvelles manières d’utiliser ce qu’on a à la maison, c’est aussi une façon de faire des économies.

    La bouteille en PET

    Son atout: C’est dans sa variante tiers ou quart de litre qu’elle se montre la plus versatile.

    4 façons de l’utiliser

    1. Pour conserver des fines herbes ou une julienne de légumes au congélateur. Quand vous en avez besoin, ouvrez la bouteille, sortez juste la quantité nécessaire et rangez le reste au frais.

    2. Pour remplacer des haltères lors de votre séance de musculation quotidienne, remplissez-en deux d’eau.

    3. Comme miniserre, découpez-en le fond et ouvrez le bouchon pour arroser votre planton.

    4. Pour fabriquer un piège à guêpes. Coupez le haut d’une bouteille. Retournez-le et plantez-le dans le fond, sans son bouchon évidemment. Versez un peu d’eau sucrée au fond, pour attirer les bestioles.

     

  • Un jardin écologique et économe

    le bois raméaux fragmentés ou BRF
    bois-rameau.JPGLe bois BRF est un bois raméal fragmenté, c’est à dire de jeunes rameaux de feuillus broyé. Nourrissez votre sol avec du bois BRF et vous constaterez que la production d’humus est importante (voir : retour à la terre ). La structure des sols s’améliore alors de manière notable. Les conséquences sont intéressantes car les rendements sont accrus tout en nécessitant moins d’eau et de désherbage.

    Le compost
    Le compost permet naturellement au sol d’être fertile. Les plantes ont besoin de certains éléments. Enrichir son sol grâce au recyclage des déchets verts du jardin ou de la cuisine permettra de nourrir les plantes de manière naturelle et saine. En effet, un compost bien mûri fournira un humus nutritif très performant. Il ne sera alors pas nécessaire de se servir d’un engrais vendu en magasin. Fabriquer son compost se révèle être naturel, sain et économique.