Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

durable-et-responsable

  • Des fruits et légumes, beaux à croquer !

    Trier, réfrigérer, entreposer… Les fruits et légumes frais achetés sur le marché ou dans un drive fermier, méritent un régime un peu particulier pour conserver toute leur saveur et leurs vitamines, une fois arrivés à la maison. Voici quelques conseils à garder précieusement.

    fruits et légumes n’aiment pas votre frigo…

    pommes du roussillon achat.JPGContrairement aux idées reçues, pour rester frais et conserver leurs vitamines, de nombreux fruits et légumes n’aiment pas votre frigo… C’est le cas notamment des bananes (elles noircissent au froid) ou des tomates. Chaque cuisinière le sait bien, « je conserve les tomates dans ma cuisine, à l’air libre : jamais au frigo ! Je ne conserve dans le bac de mon frigo que les salades entamées, déjà lavées et essorées, conservées dans des boîtes en plastique garnies de sopalin, ainsi elles se conservent une semaine et sont toujours prêtes à l’emploi ! » Et pour absorber l’humidité dans son bac à légumes, il y a une recette, « mettre une éponge propre humide, ça aide, » assure-t-on; d'autres optent pour « le sopalin qui absorbe l’humidité, avec cette méthode, je garantis une bonne conservation pendant 7 ou 8 jours mais pas au delà. » Plus original, conserver ses fruits en les mettant « dans une coupe sur un lit de bouchons en liège.»

    …Mais apprécient la fraîcheur

    Ils sont un peu passés de mode, pourtant rien ne vaut un bon vieux cellier pour entreposer ses produits frais ! En effet, ces pièces présentent l’avantage de se maintenir à des températures fraiches, mais pas glacées. Idéal pour la conservation des pommes de terre et autres légumes racine comme les navets, panais, radis noirs et autres potirons entamés. « Même chose pour les champignons qui se conservent bien mieux qu’au frigo mais jamais dans un sac plastique qui les ferait pourrir très vite ». Et quand on n’a pas de cellier, si l’appartement est trop petit, rien n’est perdu, il suffit d’un peu d’imagination. Ainsi  « quand mon frigo est plein je mets le reste de fruits ou de légume sur mon balcon, il y fait plus froid que dans la maison. »

    Evitez les mélanges

    Finalement, à part dans la corbeille, au moment de les mettre sur la table, le mieux est  de ne pas mélanger les fruits entre eux. C’est d’ailleurs l’un des secrets pour les conserver dans les meilleures conditions et éviter qu’ils ne se contaminent! « Je mets les fruits dans des paniers larges en osier, garnis de papier sopalin, dans ma cuisine et je ne mélange jamais les pommes avec les autres fruits, car elles ont tendance à les faire mûrir et même pourrir très vite » conseille t-on.  Ne pas mélanger les torchons et les serviettes c’est aussi la devise de Top Chef qui gère les légumes d’un côté, les fruits de l’autre. « je conserve les légumes dans le bac à légumes du frigo et je laisse les fruits à l’air libre dans la cave » et aussi conseille de séparer « je mets les bananes et les kiwis à part. »


    Avec ces précieux conseils, plus d’excuses pour ne pas manger de bons fruits et légumes à chaque repas !

  • Énergie : Un plan solaire de grande ampleur pour les USA

    Trois chercheurs américains spécialiste de l’énergie solaire ont dévoilé un plan énergétique visant à mettre à profit les étendues désertiques du sud-ouest du pays. Le « Solar Grand Plan » permettrait de subvenir à 70 % des besoins en électricité des Américains d’ici à 2050, mais le projet a malheureusement un coût non négligeable.

    Face à la hausse constante du prix de l’énergie, les Etats-Unis, longtemps insensibles aux arguments écologiques, cherchent des alternatives énergétiques sous la pression économique. En effet, pour un pays qui dépend à 86% des sources d’énergie fossiles, selon une étude publiée en novembre 2006 par la Science et la Technologie à l’ambassade de France à Washington, le durables est incontournable pour garantir son indépendance. Or trois spécialistes de l’énergie solaire, Ken Zweibel, James Mason, et Vasilis Fthenakis viennent de présenter un plan de reconversion massif qui permettrait selon eux de produire 3.000 gigawatts pour subvenir à 70 % des besoins en électricité des Américains d’ici à 2050.

    Il s’agirait de transformer les étendues désertiques et fortement ensoleillées du sud-ouest du pays en d’immenses fermes solaires, et de développer les centrales à concentration, ayant un rendement supérieur aux panneaux classiques, sur une surface totale de 80 000 m2.

    Toujours selon les trois chercheurs, si l’éolien, la biomasse et la géothermie étaient développés parallèlement, 100 % de l’électricité et 90 % de l’énergie consommée aux Etats-Unis pourrait êtres issus de sources renouvelables.

  • Sports nautiques : la jolie plage de Torreilles

    Au bord de la Méditerranée, entre Le Barcarès et Canet, Torreilles est une station plus nature et moins touristique que ses voisines. Quitte à passer une (ou plusieurs) journée farniente dans la région, autant venir se poser sur cette plage tranquille à l’écart de l’agitation touristique de la côte catalane et où on s'adonne à certains des meilleurs sports nautiques en Pyrénées orientales (jet ski, paddle, voilier).

    On y accède par une route de terre qui mène, entre joncs, roseaux et épineux divers, directement à la plage. Celle-ci n’est pas directement en contact avec la ville, il n’y a donc pas de front de mer, pas de boutique, pas de circulation… Un vrai bonheur. La vaste plage de sable fin s’incurve le long des flots pour offrir aux vacanciers un joli cadre à l’abri des regards. La moitié de la plage est d’ailleurs naturiste pour ceux qui auraient envie de se mettre totalement à l’aise. Pas de banc de sable comme au Canet, ni de vague comme au Barcares, la Méditerranée est ici propice à la baignade et des efforts ont été fait ces dernières années pour la garder propre. Elle est par ailleurs surveillée toute la journée, on peut donc y faire trempette en toute sécurité. On peut même y faire de la location de bateaux sans permis pour observer dauphins et tortues de mer.

    Une petite faim ? Une envie d’ombre ? 2 jolis bars ont élu domicile sur la plage : le Zaza et le Maya. Ces deux établissements rivalisent entre eux en terme de saveurs et de décors pour attirer les vacanciers sur leurs transats. De moelleux matelas se sont glissés sous les structures de bois, on y retrouve les clients affalés sur des piles de coussins en train de siroter une boisson fraiche ou de déguster une grillade de poisson. Il est loin le temps de la buvette sièges en plastique & barquettes de frites. Une atmosphère conviviale avec une pointe de hype, de la bonne musique qui donne envie de reprendre un autre verre et une carte délicieuse et variée… On en redemande (et on avoue notre coup de cœur pour le Zaza). N’oubliez pas de réserver si vous voulez y déjeuner (ou y diner) à plusieurs.

    Pour varier les plaisirs, vous pourrez quitter la plage sud (du Bourdigou) pour la plage principale ou la plage nord (près de l'embouchure de l'Agly) sur laquelle les Allemands ont construit pendant la Seconde Guerre mondiale des bunkers. Abandonnés à la fin du conflit, ils n'ont jamais été détruits et sont encore en place.

    Partager



    Conseils pratiques

    Orientation

    À 7 km au nord de Canet. Arrivé au rond-point de Torreilles, à droite puis 1re à droite le long du mini-golf, 2e à gauche. La Vélitoral y passe.

    Equipement

    2 parkings gratuits. Pas d’ombre par contre, prévoir un pare-soleil. Pas de locations de vélo, de jets-ski ou autres, seulement transats et parasols.

    Autres

    L’office du tourisme en ligne

     

     

     

  • Le plan solaire aux USA

    Une énergie encore trop chère

    solaire.JPGL’idée, même si elle paraît révolutionnaire et évidente sur le papier, souffre néanmoins de plusieurs gros handicaps. En l’état actuel, l’électricité d’origine solaire est encore plus de deux fois plus chère que celle d’origine fossile. Il faudrait donc d’une part que l’État assume une partie de ce surcoût, mais également des investissements supplémentaires dans la recherche et développement afin d’accroître le rendement des installations.

    Ce qui représente, d’après les concepteurs du projet, un budget de pas moins de 420 milliards de dollars entre 2011 et 2050. Autre bémol, le soleil ne brille pas en continu, ce qui nécessite de stocker l’énergie produite pour la restituer à la demande. Le stockage sous forme d’électricité occasionnant de très grosses pertes, le procédé privilégié serait le stockage souterrain sous forme d’air comprimé, retransformé en électricité près des lieux de consommation. Mais là encore le prix final de l’énergie s’en verrait augmenté.

    Il faudrait donc un véritable éveil des consciences environnementales pour que le coup d’envoi de ce projet soit politiquement possible.

  • Robot Piscine Typhoon Junior

    Le Typhoon Junior est adapté aux piscines jusqu'à 80 m2. Dans la même gamme que le Robot de Piscine SONIC 5 . Produit solide et fiable techniquement.

    Le Robot Piscine Typhoon Junior Il nettoie le fond et les parois de la piscine en 3 heures !.

    robot piscine sonic 5.JPGGrâce à son poids réduit et à ses brosses en PVA, il montera sans problème sur les surfaces en liner et céramique ramassant toutes les saletés et restes chimiques dans sa poche interne.

     Le Typhoon junior est équipé de l'Aqua Smart.

    Ce système révolutionnaire lui permet de changer de direction au fond de la piscine sans aucun mécanisme ajouté.

    Le robot nettoie le fond et les murs de la piscine systématiquement et sans perdre de temps, simplement avec un seul moteur de traction

    Finesse de filtration : 2 microns !!

    Livré avec transformateur et cable de 18 m mais sans caddy de transport

     

    Simple d' installation - Aucune installation spécifique

    Garantie de 2 ans

  • Industrie photovoltaïque : La France veut sa place au soleil

    Le colloque national du photovoltaïque organisé par l’association européenne des industries photovoltaïques (EPIA) et les acteurs français du secteur à Aix les Bains le 27 juin a permis de dresser un état des lieux d’un marché à peine naissant et de proposer des solutions pour assurer le développement d’une filière industrielle en France, pour l’instant quasi inexistante.

    À l’occasion d’un colloque sur le « développement durable de la filière photovoltaïque » qui se tenait à Aix-les-Bains le 27 juin, les professionnels du solaire ont dressé le triste état des lieux du marché français. En 2017, sur 1 541 MW de panneaux solaires photovoltaïques d'autoconsommation installés en Europe 71 % l’ont été en Allemagne, soit plus de trente fois le « parc » français d’une capacité de production globale de seulement 35,5 MW. La France, qui s’est fixé par l’arrêté du 7 juillet 2006, pour objectif d’atteindre une capacité de production de 160 MW en 2010 et de 500 MW en 2015 devra y mettre les moyens. L’association européenne des industries photovoltaïques (EPIA), organisatrice du colloque dans le cadre de la grande messe de l’énergie solaire « Solar Event », a pointé les nombreux obstacles à une véritable dynamique industrielle en France.

    Un guichet unique pour les procédures administratives dans le solaire photovoltaïque


    Les acteurs du secteur photovoltaïque ont demandé la révision de la programmation prévisionnelle des investissements (PPI), qui fixe les objectifs de développement des sources renouvelables de production d’électricité. Cette dernière est en effet insuffisante pour atteindre la capacité de production annoncée par l’arrêté du 7 juillet 2016. Les tarifs d’achat de l’électricité verte sont également dans le collimateur de l’EPIA, qui souhaiterait les voir rehaussés parallèlement au déplafonnement du nombre d’heures éligibles, actuellement limitées à 1500 heures par an.

    Enfin, la création d’un guichet unique pour toutes les procédures administratives, permis de construire, attestation de conformité, contrat de raccordement au réseau national de distribution, déclaration d’exploitation d’une installation de production d’électricité, certificat ouvrant droit à l’obligation d’achat et contrat d’achat éviterait de passer par 6 administrations différentes pour pouvoir vendre de l’électricité de source photovoltaïque.