Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

durable-et-responsable

  • Consommation responsable : 23% de Français y sont hostiles...

    La dernière étude Ethicity 2015, réalisée par greenflex est intitulée : le temps des engagements réciproques.

    Elle révèle une fracture sociale et hommes/femmes entre ceux qui sont hostiles à un mode de consommation responsable (et qui, au passage, abandonnent aussi les écogestes) et ceux qui poursuivent et renforcent leur engagement environnemental à travers la consommation. La catégorie qui augmente le plus est celle des "rétractés" ainsi dénommée car ils entrent dans une phase de repli. Elle passe de 15% en 2014 à 23,7% en 2015. Ces « rétractés » en ont « marre de faire des efforts sans en voir les bénéfices », sauf s’il ont la possibilité de réaliser un gain financier. Ce sont à 64% des hommes, touchés par le chômage (16%), revenus modestes. Ils n'attachent plus d'importance à la consommation responsable (comme à la consommation tout court d'ailleurs ?), y compris sur les questions de santé.

    ethicity.JPG


    A l'autre extrémité du prisme, la catégorie qui augmente également est celle des « share activistes » qui passent de 8,2% en 2014 à 12,4% en 2015. Les share activites sont engagés dans un mode de vie alternatif, privilégiant la qualité ; ils sont attentifs à la traçabilité des produits (72% vérifient l'origine des produits). Exigeants, ils peuvent boycotter une marque qui transgresse leurs valeurs (24% pratiquent le boycott).

    Il faut noter aussi que parmi cette catégorie favorable à la consommation responsable, la part des femmes impliquées est en hausse significative. Elles représentent jusqu'à 80% de cette catégorie, et 60% des autres catégories éco friendly (modernes humanistes, slow fast, green twees. Elles sont souvent encore aux manettes des foyers, et sont prêtes à payer davantage pour des produits plus respectueux de l'environnement et plus qualitatifs, moins promptes à consommer mais favorables à des produits à un prix juste.

    Concernant le climat, et dans la perspective de la COP21, les Français ont été interrogés sur la questions suivante : Comment améliorer la mobilité ? Pour 29% des sondés, le Covoiturage est une bonne solution, solution, suivi par les voitures en libre service (16%), les taxis partagés. Le stationnement gratuit près des gares et des aéroports remporte 50% des suffrages.

    On peut se rassurer en se disant que la consommation n'est pas la seule voie d'engagement pour tous ceux qui s'intéressent aux questions d'environnement, et qu'il existe des nouvelles formes d'engagement écologique, par exemple en se ré-appropriant les moyens de production énergétique ou en participant à des actions de crowdfunding... Nous reviendrons prochainement sur cette question de l'opinion sur l'environnement avec d'autres sondages notamment de l'Ademe.

  • 5 bonnes raisons de manger biologique

    1. Pour une agriculture respectueuse des cours d'eau

    Les pratiques agricoles biologiques protègent et conservent l'eau. Elles éliminent, entre autres l'utilisation des produits chimiques de synthèse qui polluent les cours d'eau et les nappes phréatiques.

    manger.JPG

    2. La nourriture biologique protège la santé des enfants

    Les enfants sont particulièrement vulnérables aux pesticides. Étant donné que leur métabolisme est plus rapide, ils sont plus susceptibles de développer des symptômes de toxicité aux pesticides. Les résultats d'une étude de chercheurs de l’Université de Washington, publiée en 2002, démontrent que les enfants dont l’alimentation est à 75% biologique sont de façon significative moins exposés aux pesticides que ceux dont l’alimentation est essentiellement conventionnelle.

    3. Création de milieux riches et diversifiés

    Grâce à ses cultures diversifiées, ses techniques de rotation et de cultures associés, l’agriculture biologique crée des milieux riches et diversifiés, accueillants pour la faune indigène; les mammifères, les insectes utiles, les papillons, les oiseaux, etc.

    4. Des terres saines et riches en minéraux

    L’agriculture biologique produits de la terre arable, c’est-à-dire des terres saines et riches en minéraux. L'utilisation intensive de produits chimiques et la monoculture sont des pratiques qui causent l'érosion et l'appauvrissent des sols en détruisant les micro-organismes. Les pratiques de l'agriculture biologique sont basées sur la diversité des cultures et les procédés naturels de fertilisation comme l'usage des composts pour bâtir et maintenir la fertilité du sol.

    5. L’agriculture biologique est moins énergivore

    Les fermes biologiques sont souvent de plus petites dimensions et moins mécanisées, donc moins énergivore.

    6. L'agriculture biologique peut contribuer à la sauvegarde des communautés rurales

    Partout au Québec, le nombre de fermes agricoles a grandement été réduit par l'avènement de l'agriculture industrielle. Étant donné que la majorité des fermes biologiques sont indépendantes et de petite taille, l'agriculture biologique représente une des stratégies possibles et viables pour la survivance des communautés dans les campagnes.

  • Livre : Chauffage, isolation et ventilation écologiques

    Certes son prix n’est pas très élevé, mais avec un titre aussi attrayant, on attendait un peu plus de cet ouvrage.

    livre.jpgLa densité des sujets traités fait que l’ensemble de l’ouvrage ne présente qu’un résumé de l’état des connaissances sur les thèmes abordés. Si les novices y découvriront de nouvelles technologies, de nouveaux matériaux, ceux qui s’intéressent de près à ces sujets en vue de concrétiser leur projet de construction ou de rénovation resteront certainement un peu sur leur faim.

    L’ouvrage a tout de même l’avantage de rassembler trois thèmes souvent dissociés, alors qu’ils méritent d’être traités conjointement car ils sont interdépendants

    • Paul de Haut

    • Éditions Eyrolles -   01 44 41 11 11

    • Paru le 21/06/2007

  • Les produits d'entretien et l'environnement

    LES PRODUITS DE CONSOMMATION ET L'ENVIRONNEMENT

    Les produits que nous consommons chaque jour, si anodins qu'ils paraissent, peuvent être à l'origine de dégradations plus ou moins importantes de l'environnement.

    En effet, l'obtention de matières premières, la fabrication des produits, leur transport, leur utilisation puis leur rejet entraînent des impacts qui se traduisent par des pollutions, l'épuisement de ressources naturelles non renouvelables, la détérioration des paysages,...

    Les sociétés de consommation se sont développées en postulant l'existence d'une nature inépuisable dont le pouvoir d'auto-épuration est quasiment sans limite.

    Aujourd'hui, un large consensus scientifique et même politique, reconnaît que nos modes de production et de consommation posent de graves problèmes environnementaux et de santé humaine, auxquels il faudra trouver des solutions dans un avenir proche.

    Quelques exemples:

    • La couche d'ozone stratosphérique protège la vie terrestre des effets des rayons nocifs du soleil. Or, elle est partiellement détruite par des composés chimiques chlorés ou bromés, les chlorofluorocarbones et les halons, provenant des activités humaines. Ces composés sont utilisés dans les réfrigérateurs, les systèmes de climatisation, les mousses plastiques, les extincteurs d'incendie,...

    • L'atmosphère de la terre se réchauffe sous l'influence de gaz "à effet de serre". Les effets écologiques attendus seront sans précédent: bouleversement des climats, augmentation du niveau des mers, disparition d'espèces végétales et animales, modification de la répartition des terres cultivables,...

    • Les gaz à effet de serre sont émis principalement par les secteurs industriel et agricole. Le recours à des combustibles fossiles (production d'énergie, transport et industries) y contribue largement.

    • Les déchets posent problème partout dans le monde mais plus encore dans les sociétés "développées": quantités sans cesse croissantes, diversité et toxicité des matières qui les composent.

    Leur traitement coûte très cher; il est par ailleurs la source de pollutions importantes et entraîne un formidable gaspillage de précieuses matières premières.

  • Solution Climat : Les Voûtes nubiennes

    Quatrième Lauréat, les voûtes nubiennes.

    Créée il y 15 ans au Burkina Faso, en Afrique sahélienne où la moitié de la population n’a pas accès à un habitat décent, l’association la Voûte Nubienne a mis au point une technique de construction de maisons durables et confortables utilisant principalement de la terre. Son empreinte énergétique est réduite en raison de la faible utilisation de matériaux importés (tôle, ciment, acier), et elle pallie au manque de ressources ligneuses en n’utilisant ni paille, ni bois.

    L’association déploie aussi l’usage de cette technique dans les secteurs agricoles (sites de stockage), médical (dispensaires..) ou de l’éducation (écoles) et son appropriation par des acteurs locaux, notamment des groupes d’agriculteurs. Une palette d’outils complémentaires a été mise en place pour faciliter son implantation (micro-crédit habitat, formations professionnelles, formule en logement social, …).

    voutes.JPG

    "En permettant la construction de bâtiments écologiques, à faible empreinte carbone, nous stimulons l’économie locale, créons des emplois, réduisons la part des matériaux importés (notamment la tôle), économisons le matériau bois, et aidons les populations à se réapproprier une architecture locale", explique la directrice du développement des Voûtes Nubiennes. Résultat, une croissance de marché de 30% annuels.

    Peu coûteuse (environ 30 à 50% moins cher qu’une construction classique), la technique permet en outre des économies sur les coûts de climatisation ce qui réduit d’autant les émissions de gaz à effet de serre.

    CHIFFRES

    •2 400 Voûtes Nubiennes construites (bâtiments privés et communautaires)
    •570 villes et villages touchés dans 6 pays d’intervention (Burkina Faso, Mali, Sénégal, Bénin, Ghana, Mauritanie)
    •17 000 bénéficiaires
    •330 maçons formés et 440 apprentis en formation
    •4 800 Teq CO2 économisées

  • Laver son linge de manière écologique

    S'il est un travail ménager qui croît de manière exponentielle lorsqu'on a des enfants en bas âge, c'est bien le lavage des vêtements. Heureusement pour nous, il faut bien le reconnaître, les machines à laver le linge nous facilitent bien cette tâche. Sans mauvais jeu de mots.

    Alors, c'est vrai, la machine à laver le linge est une invention géniale. Et petite parenthèse pour votre information, sachez qu'il ne s'agit pas vraiment d'une invention récente, puisque le premier brevet date de 1797 ! Parenthèse fermée pour vous confirmer qu'une machine à laver est une invention géniale mais qu'aussi placide et innocente qu'elle puisse paraître, elle n'est pas neutre en terme d'impact sur l'environnement.

    Pour quelles raisons faire du linge écologique ?

    La consommation d'eau, la consommation d'énergie et les produits de lavage qu'on y ajoute.

    Alors, pour chacun de ces trois facteurs, il est possible d'agir, et de manière très simple. Prenons la consommation d'eau : que peut-on faire pour la réduire ? Mettre sur position "Eco", bien remplir la machine et ne pas laver systématiquement à tout va, comme en a un peu l'habitude ma belle-mère...

    Et concernant la consommation d'énergie ? Ne pas forcément laver à 60 °C quand on le peut à 40 °C (pour info : un cycle à 30/40 °C consomme trois fois moins d'énergie qu'un cycle à 90 °C).

    Bien remplir la machine également - pleine ou à moitié vide, l'énergie consommée pour faire tourner le tambour est la même -, vous procurer la toute nouvelle lessive à froid qui vient de sortir et qui évite donc de chauffer l'eau (consommation d'énergie divisée par deux).

    Choisir une machine moins gourmande, lorsque vous devez en changer, en regardant l'étiquette-énergie apposée dessus, c'est-à-dire en privilégiant les lettres A ou B.

    Venons-en maintenant aux produits qu'on ajoute dans la machine.

    linge-ecolo.JPG

    La lessive et/ou les adoucissant : que peut-on faire pour réduire leur impact sur l'environnement ?

    Mettre un peu moins de lessive que la dose habituelle. Vous verrez, ça ne changera rien. Opter pour une lessive bio. Oui c'est plus cher mais quand je vois mes enfants sucer leur doudou, je me dis que je n'ai pas trop envie qu'ils ingèrent la moindre molécule de produit chimique de synthèse par une action aussi anodine... et fréquente !

    On peut aussi opter pour les noix de lavage originaires d'Inde et du Népal, riches en saponine, et qui représentent aussi une lessive 100 % naturelle. Ou encore acheter des balles qui vont battre le linge plus efficacement qu'une machine classique.

    Enfin, si vous le pouvez, faites sécher votre linge en utilisant un fil à linge plutôt que le sèche-linge, car je vous le rappelle, l'air et le soleil sont gratuits - enfin, pour l'instant... - et produisent une énergie re-nou-ve-la-ble qui n'épuise pas les ressources naturelles de la Terre.